figures par adjonction

 

TRANSGRESSION PAR ADJONCTION

 

“ Jusqu’à 40 ans,

j’ai cru que c’était un os”

(Henry IV).

1) Au niveau morphologique (métaplasmes),

ce sont des figures du type esquelette ou femmelette

ou rajolivissant, etc. On rajoute un segment morphologique.

L’écriture :+ 8500 – 180x ( au lieu de 8500 – 180x pour mettre

en évidence la composée “ multiplier par

(–180) puis ajouter 8500 ” :

x    donne  –180 x  puis  –180 x + 8500 )

est de ce type (on pourrait l’appeler une prosthèse).

2) Au niveau syntaxique, il y a divers métataxes

par adjonction. “ Saisissez-moi ce petit

vaurien”. “ Moi” est inutile : il permet seulement

une mise en valeur. Cette figure est

une explétion. Elle joue un rôle capital en technique

symbolique.

Exemple : Factoriser (x + 1) (2x + 3) + 5x + 5.

J’écris (x + 1)(2x + 3) + (5x + 5), etc. Les parenthèses

que j’introduis sont explétives.

Ensuite, on peut trouver l’incidence (ou la

parenthèse) : “ J’ai compris (du moins me

semble-t’il) qu’il n’y avait rien à comprendre”.

Dans la rédaction de raisonnements, elle

intervient souvent. Ainsi dans :

MA² = + 400 (théorème de Pythagore).

La ligne centrale du texte, du raisonnement,

ou du calcul, se brise, parce qu’elle est

chargée d’éléments annexes qui s’intercalent

entre les parties.

(90 – x)² + 400

(8100 – 180x + ) + 400  (“(a – b)² = a² – 2ab + b²”)

8100 – 180x + + 400 (“suppression des parenthèses”)

On peut trouver d’autres figures de ce

type.

 

 

 

 

3) Au niveau sémantique, le métasémème par

adjonction privilégiée est la synecdoque

particularisante. (le destinataire du message

est obligé de particulariser pour réduire l’écart,

donc d’ajouter des sèmes)

On donne le général pour le particulier ou

la matière pour l’objet : “ Mourir par le fer”,

“le quadrumane accéléra...”. Le mécanisme correspondrait

à un enrichissement sémique :

général mis pour particulier.

Exemples :

— "Voici un rectangle ABCD. Les diagonales

de ce parallélogramme se coupent en leur

milieu".

— "M’ est la projection de M" (au lieu de : image

de M par la projection centrale p)

—" puisque (a + b)² = a² + 2ab + b² ".

(Chaque fois qu’on fait appel à une règle générale

pour justifier un cas particulier).

4) Au niveau logique, on trouve :

L’euphémisme : dire le moins pour dire le

plus

l’hyperbole : on dit le plus pour dire le moins.

Au lieu de “(AB) // (CD)”, on dit : “ ABCD est

un carré” dans le cours d’une démonstration.