histoire

Chatel récidive

 

Le ministre luc Chatel vient de déclarer que ce n'était pas l'histoire qui est en danger, mais la terminale S, et qu'il s'agissait de renforcer la spécialité de la section. Ce monsieur prend les français pour des imbéciles.

D'abord il s'agit de réduire le nombre d'enseignants en histoire et géographie, dans le cadre du plan de réduction des fonctionnaires.

Ensuite, les réticences de plus en plus nombreuses des cadres à accepter la politique des entreprises sur les licenciements, la politique des entreprises dans l'exploitation renforcée des autres catégories de travailleurs et des cadres eux-mêmes, pousse le medef et ses exécutants, dont le ministre, à préparer des cadres un peu moins sensibles à l'histoire des luttes, un peu plus dociles.

De plus, la réaction des chercheurs l'an dernier et leur combat exemplaire ont confirmé les maîtres du pays et leurs exécutants politique dans l'idée qu'il est urgent de préparer une autre génération de cadres, d'ingénieurs et de techniciens. Donc, d'éliminer de leur formation tout ce qui détermine le citoyen pour en faire et leur faire faire n'importe quoi.

On peut sans difficulté prédire que bientôt, ce sera le tour de la philo, qui présente les mêmes dangers pour les maîtres économiques et politique de ce pays .Il faut qu'ils reculent mais rien ne peut arrêter définitivement ces gens là. Il est urgent de les mettre hors d'état de nuire, sinon la question du bac dans quelques années sera, sous prétexte d'écologie, de commenter ce que Queneau pensait être une boutade :

Commenter : " hêtre ou ne pas hêtre ?"

 

suppression de l'histoire en TS : canailles et sots

Les congrès du cnpf, puis du medef l'avaient annoncé : " Il s'agit de détricoter méthodiquement le programme du conseil national de la résistance" ( kessler en 2002). Nos gouvernants suivent scrupuleusement les ordres.( Sécurité sociale, statut des fonctionnaires, droit du travail, éducation, CNRS, etc..)

Dans ce dernier domaine, une récente proposition : supprimer l'histoire des programmes de Terminale S, donc des classes à vocation

mathématique ou scientifique.

Il s'agit de former des ingénieurs, des universitaires, des techniciens supérieurs, des enseignants scientifiques

incapables, faute de connaissances historiques, de porter un jugement critique sur le travail que le patronat leur demande.

Il s'agit de faire disparaître leur pratique de lutte contre la loi souveraine du profit, contre la casse de la recherche et de l'école.

( alors que récemment, le cnrs a été désigné comme l'organisme de recherche le plus performant au monde)

La rue de Valois veut des gens dociles dans les entreprises, publiques ou privées. L' histoire peut être une école de subversion.

Que les canailles du medef, qui vendraient père, mère et patrie pour mille euros de profit supplémentaire veuillent imposer cette

mesure, ne nous étonne guère. Mais quel degré de sottise faut-il aux gens de la rue de Grenelle pour accepter de mettre en musique

cette partition funèbre pour l'avenir ?

Le rayon de soleil vient quand même des lycéens qui refusent la cage qu'on leur prépare et des scientifiques qui appellent à refuser

cette criminelle absurdité.

5 décembre