histoire de la peinture

la géométrie, amplificateur du plaisir en peinture

Toujours entre deux abaques de CALCULS SCIENTIFIQUES POUR TOUS les abaques à points alignés  , j'ai découvert deux  sites de peintures très riches qui peuvent aider à travailler la géométrie tout en gardant le plaisir de la peinture.

je dirai même que la géométrie, avec un logiciel de géométrie dynamique, par exemple "cabri", peut doubler le plaisir.

Je m'explique . Il s'agit des sites : http://fr.wahooart.com/ et http://www.googleartproject.com/fr/.

Vous choisisseez un tableau que vous enregistrez.

Vous commencez par ouvrir votre logiciel, un clic droit dans l'écran, et vous choisissez "image de fond", "depuis fichier".Le tableau apparait donc sur l'écran dans le logiciel.

On peut alors tracer les droites, cercles etc.... et étudier les régularités, alignements.examiner les rapports d'or,

Quand on a quelques outils pour analyser, même modestement, un tableau, on peut, une fois le plaisir pris de sa vue et de ses parcours, utiliser ces propriétés géométriques pour comprendre comment le peintre a construit son tableau, parfois explicitement, pour nous émouvoir et ainsi nous passons à un second stade d'émotion, et ainsi de suite parfois.

La première fois que j'ai fait cette expérience est ce jour où, à montpellier, en remontant la rue de l'aiguillerie, j'ai trouvé dans une librairie à prix réduit, le livre de charles Rouleau :"géométrie secète des peintres" . Il y indique les tracés directeurs dans une bonne centaine d'oeuvres.

Cela m'a changé la vision de la peinture, mais j'étais resté assez frustré car les reproductions étaient toutes en noir et blanc.

Avec internet, j'ai accès à ces oeuvres en couleurs!

Un problème demeure cependant:il est fastidieux souvent d'essayer de vérifier des régularités géométriques canoniques: on s'arrête au bout de 5 ou 6 essais.

Et voilà où intervient cabri.

On peut faire une série de macros canoniques qui, en exactement 3 clics de souris permettent de tracer les schémas directeurs que l'on veut essayer.Ensuite on fera un menu comportant une vingtaine de macros permettant les essais.

( on peut affiner en utilisant différents menus suivant qu'il s'agit d'un tableau de la renaissance, ou du moyen âge, ou du 19ème en Europe, ou d'autres cultures).

Voici un début de liste de macros utiles à faire.

1) Cadre rectangulaire. Deux points qui seront le sommet gauche-haut du cadre et le sommet bas-droite, et les axes que l'on tirera toujours dans le coin bas gauche de l'écran.On trace les parallèles aux axes, on trace le polygone et on place son centre que l'on épaissit.

objets initiaux : les 2 points et les axes

objets finaux: le polygone et le centre

validation: cadre rectangulaire

(donc, étant donné un tableau importé, on ouvrira la macro et on désignera les deux points et les axes)

2)Carré droit. Quand le cadre est construit,  on rabat la largeur avec un cercle sur la longueur et on trace le carré.

Il donnera une verticale souvent interessante. Pour la macro, on prendra toujours pour objet initiaux les deux sommets privilégiés et les axes, le seul objet final étant le carré ou, si on préfère la verticale intéressante.

3)Carré gauche.

4)Rabattement du rectangle. Il est formé du cadre et des deux carrrés précédents (construits sur les largeurs).

5) Le rectangle médian du bicarré. C'est le rectangle formé par les deux côtés intérieurs des carrés précédents.

(cette macro est souvent commode)

6) axes de symétrie du cadre : ce sont les axes de symétrie du rectangle (commode)

7)verticales d'or. On trace le cadre, on mesure la longueur, on multiplie ce nombre par 0.618 ( approximation de l'inverse du nombre d'or) et on reporte ce nombre sur la longueur en traçant la demi-droite adéquate. On trace le symétrique du point obtenu par rapport au centre. Des parallèles donnent les deux verticales d'or.

8)horizontales d'or.On trace le cadre, on mesure la largeur, on multiplie ce nombre par 0.618 ( approximation de l'inverse du nombre d'or) et on reporte ce nombre sur la largeur en traçant la demi-droite adéquate. On trace le symétrique du point obtenu par rapport au centre. Des parallèles donnent les deux horizontales d'or.

9)Points d'or.Ces 4 points sont les intersections des verticales d'or et des horizontales d'or.(Pour la macro, il vaut mieux ne garder en objet finaux que ces 4 points).

10) Rectangle d'or. On se donne deux points a et b qui détermineront la longueur. On la mesure et on multiplie le résultat par 0.618.On trace par a la perpendiculaire au segment ab sur laquelle on trace une demi-droite d'origine a. Sur cette demi-droite, on reporte le nombre trouvé.On termine le rectangle.

11) le losange du bicarré. Les diagonales des 2 carrés construits sur les largeurs déterminent un losange (carré) souvent utilisé par les peintres.On fera la macro de la même façon à partir des points (gauche haut et bas droit).


grilles-elementaires.jpg




Lire la suite